in

L’Indonésie applique une TVA de 10% sur Amazon, Google, Netflix, Spotify

L’Indonésie a imposé une taxe à la valeur ajoutée de 10% sur les ventes des entreprises technologiques telles qu’Amazon, Netflix, Spotify et Google, alors que les habitudes de dépenses changent avec l’augmentation du travail à distance en raison de la crise des coronavirus, qui a frappé les finances de l’État.

Le bureau des impôts du pays d’Asie du Sud-Est a déclaré dans un communiqué qu’il avait déjà attribué des numéros d’identification fiscale à Amazon Web Services, Netflix, Spotify et Alphabet’s Google pour ses unités Google Asia Pacific, Google Ireland et Google LLC.

L’Indonésie, quatrième pays le plus peuplé du monde avec une population de près de 270 millions d’habitants, connaît un boom de son économie numérique qui devrait atteindre 130 milliards de dollars d’ici 2025, selon une étude de Google, Temasek Holdings et Bain & Company.

Il s’attend à une baisse annuelle de 13% des revenus de l’État cette année alors que la pandémie frappe l’activité commerciale, qui, combinée à près de 50 milliards de dollars pour la lutte contre le coronavirus, devrait plus que tripler son déficit budgétaire 2020.

En vertu des nouvelles règles, les entreprises étrangères non résidentes qui vendent des produits et services numériques en Indonésie pour au moins 600 millions de roupies (41667 $) par an ou qui génèrent un trafic annuel d’au moins 12000 utilisateurs devront payer la TVA de 10%.

« Le bureau des impôts continuera de communiquer avec les entreprises concernées à l’étranger … le nombre d’entreprises chargées d’appliquer la TVA sur les produits numériques augmentera probablement », a déclaré le porte-parole du bureau des impôts Hestu Yoga Saksama.

Un porte-parole de Netflix a déclaré à Reuters qu’il se conformerait. « Il appartient aux gouvernements de décider des règles en matière de TVA et dans chaque pays où nous opérons, Netflix respecte ces règles. »

Amazon Web Services, Google et Spotify n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires.

Enquête américaine

Plus tôt le mois dernier, le bureau du représentant américain au commerce (USTR) a déclaré avoir ouvert une enquête sur l’Indonésie et d’autres pays, dont la Turquie, la Grande-Bretagne, l’Espagne, le Brésil et l’Italie, pour avoir adopté ou envisagé des taxes sur les services numériques, une décision qui pourrait conduire à de nouvelles sanctions. tarifs douaniers et aggraver les tensions commerciales.

Le ministre indonésien des Finances, Sri Muyani Indrawati, a déclaré que la décision de TVA ne faisait pas partie de cela.

Cette mesure faisait suite à une enquête commerciale similaire menée par les États-Unis contre la France l’année dernière.

Les États-Unis et la France ont convenu de négocier jusqu’à la fin de l’année une taxe sur les services numériques approuvée par Paris en 2019 après que l’USTR les a jugés discriminatoires et menacé de droits de rétorsion allant jusqu’à 100% sur les importations françaises telles que le champagne et le camembert. La France a accepté en janvier de reporter la mise en œuvre de la taxe jusqu’en décembre, affirmant qu’elle tenterait de parvenir à un accord par le biais de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

En novembre 2019, le parlement turc a adopté de nouvelles lois sur la réglementation fiscale, y compris de nouvelles taxes sur les services numériques. Le règlement prévoyait une taxe de 7,5% sur la publicité et le contenu numériques. La taxe comprend toutes les formes de publicités et de services en ligne qui permettent d’écouter, de regarder ou de télécharger tout contenu numérique.

L’Espagne a déclaré que ses plans de taxation des revenus des entreprises technologiques ne sont discriminatoires à l’égard d’aucun pays.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Après les téléphones, Apple augmente les frais de service en Turquie

Le Samsung Galaxy Note 20 pourrait être lancé à un prix inférieur à celui du Galaxy Note 10