in

Facebook va bloquer les publicités des médias étrangers pour les élections américaines

Facebook dit qu’il bloquera les publicités des médias étrangers lors des élections américaines, et permettra aux utilisateurs de masquer tous les messages politiques payants.

Cette décision intervient alors que le géant des médias sociaux subit des pressions croissantes sur son approche mains-off de la désinformation et des messages incendiaires – y compris de Donald Trump – et à la suite de critiques, il a fermé les yeux sur l’ingérence étrangère dans le scrutin présidentiel de 2016.

Le responsable des affaires mondiales de Facebook a reconnu que la société avait échoué lors du sondage controversé dans lequel elle a reconnu que le contenu soutenu par la Russie avait atteint jusqu’à 126 millions d’Américains sur sa plateforme.

Nick Clegg, écrit mercredi dans le journal britannique Daily Telegraph, a déclaré que la société « bloquerait toutes les publicités aux États-Unis pendant la période électorale des médias contrôlés par l’État d’autres pays ».

Toute personne diffusant des annonces politiques sur la plate-forme devrait être autorisée à le faire, a déclaré Clegg, ajoutant qu’entre mars et mai, Facebook avait arrêté « plus de 750 000 annonces politiques ciblant les États-Unis de s’exécuter parce que l’annonceur n’avait pas terminé le processus d’autorisation. « 

Il a déclaré que le géant des médias sociaux comptait désormais plus de 35 000 personnes travaillant sur des questions de sûreté et de sécurité, trois fois plus qu’il y a quatre ans.

Dans un article d’opinion distinct, le PDG Mark Zuckerberg a déclaré qu’il souhaitait utiliser la vaste portée de son entreprise pour de bon lors des élections de novembre.

La menace pour la démocratie « est réelle et permanente, mais nos systèmes sont plus préparés que jamais ».

Inscrivez-vous pour voter

Annonçant une campagne visant à obtenir 4 millions de personnes inscrites pour voter, il a déclaré que Facebook était en train de créer un nouveau centre avec « des informations faisant autorité, y compris comment et quand voter, ainsi que des détails sur l’inscription des électeurs, le vote par courrier et des informations sur le vote anticipé. « 

Facebook a annoncé pour la première fois le centre électoral au début du mois de juin et a promis de revoir les politiques qui ont conduit à la décision de ne pas modérer les messages controversés.

Pour les utilisateurs qui ont déjà pris leur décision « et qui veulent juste que les élections soient terminées », a écrit Zuckerberg, le réseau « introduit également la possibilité de désactiver la diffusion d’annonces politiques ».

La fonctionnalité commencera à être lancée à partir du 24 juin et permettra aux utilisateurs de désactiver les publicités politiques, électorales et sociales.

Zuckerberg a été vivement critiqué pour la décision de son entreprise de ne pas modérer les messages controversés, incendiaires et inexacts du président américain.

La décision de Twitter en mai de cacher l’un des tweets de Trump pour « glorification de la violence » a mis en évidence les troubles sur Facebook, les employés se rebellant contre le refus de Zuckerberg de sanctionner les messages faux ou incendiaires du président américain.

Mais en écrivant dans USA Today, il a de nouveau défendu les directives de son réseau.

Facebook a « des règles contre les discours qui causeront des dommages physiques imminents ou qui empêcheront le vote, et personne n’en est exempté », a-t-il écrit.

« Mais la responsabilité ne fonctionne que si nous pouvons voir ce que disent ceux qui demandent nos votes, même si nous n’aimons pas viscéralement ce qu’ils disent. »

La meilleure façon de tenir les politiciens responsables en fin de compte est de voter, a écrit Zuckerberg.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

«Les ventes à l’étranger ne doivent pas être considérées comme la seule issue pour les entrepreneurs»

L’Allemagne lance une application de traçage des coronavirus