in

En baisse mais certainement pas éteint: l’IR35 entravera la croissance économique vitale post-coronavirus

 

Partout dans le monde, les économies souffrent de la propagation du coronavirus. Rien qu’au Royaume-Uni, près de 20% des petites et moyennes entreprises ne survivront probablement pas en mai, malgré un soutien gouvernemental sans précédent.

Le Royaume-Uni abrite 5 millions de travailleurs indépendants; une communauté qui a ressenti peut-être plus que tout autre l’impact du coronavirus.

Le «régime de soutien du revenu des travailleurs indépendants» du Trésor s’est engagé à protéger les travailleurs indépendants, en fournissant jusqu’à 80% des gains ou bénéfices moyens d’un individu à ceux qui sont éligibles pour une période maximale de trois mois. Bien qu’incontestablement essentiel, ce soutien devrait coûter des dizaines de milliards; un coût qui devra être financé par le biais de l’endettement massif du gouvernement.

Pour le moment, il est difficile de regarder au-delà du coronavirus et du problème immédiat de la façon de maintenir notre économie en vie. Cependant, lorsque les restrictions de voyage sont assouplies et que la vie quotidienne revient à un semblant de normalité, le Royaume-Uni aura besoin de la communauté indépendante pour prospérer. Premièrement, pour le bien des millions de travailleurs indépendants qui ont élu domicile au Royaume-Uni. Deuxièmement, pour augmenter les revenus du gouvernement dans les déclarations de revenus de cette même main-d’œuvre pour garantir que l’État est en mesure de maintenir des services vitaux.

La réforme législative n’est peut-être pas la priorité de qui que ce soit à l’heure actuelle, mais il ne faudra pas longtemps avant de parler de la manière de relancer l’économie.

Qu’est-ce que l’IR35?

En substance, l’IR35 est un élément de la législation britannique conçu pour réduire l’évasion fiscale des travailleurs indépendants que le HMRC considère comme des «employés déguisés» et des organisations qui les emploient. Les «employés déguisés» sont des personnes qui travaillent de la même manière que les employés à temps plein, mais facturent leurs services via leurs sociétés anonymes pour rendre leurs entreprises aussi fiscalement efficaces que possible.

Bien que la majorité de ces accords soient authentiques, certaines organisations paient les gens de cette manière pour éviter de payer les cotisations d’assurance nationale des employeurs ou de fournir des avantages sociaux. De même, les «employés déguisés» qui reçoivent des paiements via leurs sociétés anonymes gagnent un revenu plus élevé en ne payant pas de cotisations à l’assurance nationale.

Où en sommes-nous?

L’IR35 est en place depuis 2000. Dans l’état actuel des choses, les employeurs du secteur public doivent décider du statut d’emploi d’un travailleur tandis que dans le secteur privé, les travailleurs qui facturent via une société anonyme doivent décider de leur statut d’emploi.

Fin mars, le gouvernement a pris la décision de reporter les réformes de l’IR35 de douze mois jusqu’en avril 2021 pour éviter de mettre une pression supplémentaire sur les indépendants et les propriétaires de petites entreprises déjà aux prises avec la manière de faire face à la pandémie de coronavirus.

À partir d’avril 2021, les employeurs du secteur privé de taille moyenne ou grande seront chargés de décider du statut d’emploi d’un travailleur et de déduire les cotisations à l’assurance nationale du salaire d’un travailleur.

Les mises à jour proposées sont conçues pour garantir que les travailleurs indépendants travaillant via leurs sociétés anonymes, faisant le même travail qu’un employé, paient globalement le même impôt et que les employeurs paient les cotisations à l’assurance nationale et accordent des avantages aux employés en conséquence.

Pourquoi ce changement est-il important?

Bien que les idées sous-jacentes aux mises à jour de l’IR35 soient saines, il est à craindre que les réformes n’aient des conséquences inattendues.

Une préoccupation est que les entreprises seront réticentes à travailler avec des travailleurs indépendants car le locataire sera condamné à une amende s’il identifie incorrectement quelqu’un comme travailleur indépendant. En effet, afin d’éviter cela, certains organismes du secteur public, dont le HMRC, le NHS et le MOD, ont déjà pour politique de ne pas travailler avec des travailleurs indépendants.

Une autre préoccupation est que les employeurs trop prudents peuvent déduire automatiquement le PAYE et l’assurance nationale, de sorte que les travailleurs indépendants gagnent moins que ce à quoi ils ont réellement droit et doivent réclamer une retenue d’impôt.

De plus, les pigistes réputés être des employés devront payer plus d’impôts bien qu’ils n’obtiennent pas nécessairement les mêmes avantages que les employés existants.

Enfin, il est probable que les réformes proposées dissuaderont les gens de créer leur propre entreprise. Les travailleurs indépendants bénéficient de la flexibilité et de taux de salaire plus élevés que les employés, mais les réformes devraient éliminer ces deux incitations.

Tourné vers l’avenir

Il est à craindre que le déploiement des réformes IR35 en 2021 n’entrave la relance du secteur indépendant et la reprise de l’économie britannique après le coronavirus.

Avant le coronavirus, l’économie indépendante était en plein essor en raison des changements démographiques, des avancées technologiques et des changements de paradigmes de travail. En effet, notre récente enquête auprès de plus de 7000 indépendants a montré que la génération Y et la génération Z représentent la grande majorité de la main-d’œuvre indépendante mondiale (près de 90% pour cent des personnes interrogées), soulignant à quel point le rôle des jeunes indépendants dans la future main-d’œuvre est important.

Les pigistes eux-mêmes disent qu’ils bénéficient d’une plus grande autonomie et flexibilité, tandis que les entreprises qui embauchent des pigistes gagnent la capacité d’évoluer facilement et de se connecter avec les meilleurs talents du monde entier. Alors que les obstacles pour les entreprises et les pigistes à travailler ensemble sont tombés, nous avons constaté une croissance incroyable des opportunités économiques des deux côtés de l’équation.

Alors que les entreprises cherchent à se rétablir après le coronavirus, la capacité d’embaucher des pigistes de manière fluide, car les flux et reflux de la demande seront plus importants que jamais.

De plus, la possibilité d’effectuer un travail ponctuel en tant que pigiste pourrait bien permettre aux travailleurs de gagner un revenu lorsque des emplois à temps plein ne sont tout simplement pas disponibles.

Les réformes de l’IR35 menacent d’apporter de la complexité et de l’anxiété à la relation florissante entre les indépendants et l’entreprise. La décision de reclasser essentiellement certains de ces pigistes en tant que personnel risque d’entraver le succès durable de l’économie indépendante et pourrait avoir des conséquences de grande envergure à travers le monde. Ceci est particulièrement important étant donné que l’économie mondiale aura besoin de tous les stimulants possibles alors que nous reconstruisons à la suite du coronavirus, et que le travail à distance devient une réalité pour beaucoup. L’agilité et le dynamisme du secteur indépendant en tant qu’industrie véritablement moderne signifie qu’il pourrait jouer un rôle intégral dans la reprise mondiale.

En théorie, ce temps supplémentaire devrait permettre aux entreprises de mettre en place des procédures équitables afin qu’elles puissent éviter les interdictions générales de travailler avec des travailleurs indépendants, mais si le secteur public doit passer, rien ne garantit que cela se produira.

En conclusion

Le souhait du gouvernement de simplifier et de rationaliser notre système fiscal et de générer des revenus supplémentaires doit être salué, mais cela ne peut se faire au détriment de la croissance économique future.

Dans les années à venir, les entreprises ne voudront pas être mises au défi par les autorités fiscales quant à savoir si un travailleur indépendant qui dirige un projet de marketing numérique, par exemple, devrait être classé comme employé en raison de la durée de son contrat.

Le gouvernement doit prendre le temps de revoir l’IR35 et de mettre à jour l’instrument afin d’atténuer les craintes des pigistes et des entreprises. Si le Royaume-Uni veut se rétablir et aller de l’avant après le coronavirus, nous ne pouvons pas nous permettre de mettre des barrières à notre manière.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

L’attaque de phishing par Skype cible les travailleurs distants

Plus de 1 200 magasins Kirana s’associent à JioMart, programme pilote Facebook