in

5G: les déploiements encore timides dans la fréquence « reine »

Si les opérateurs accélèrent le mouvement, ils privilégient encore des bandes de fréquences basses qui n’assurent pas encore l’augmentation massive des débits attendue.

Comme à chaque grande évolution technologique, les opérateurs télécoms semblent un peu mettre la charrue avant les boeufs. Les publicités vantant l’ouverture commerciale de leurs réseaux 5G ont en effet tendance à se multiplier sur les affiches, à la télévision.

Certes, les déploiements accélèrent, selon le dernier bilan de l’Arcep, le régulateur des télécoms (au 22 février), 9980 sites 5G sont commercialement « allumés » sur tout le territoire contre 8675 un mois plus tôt et 7571 en décembre 2020.

Pour autant, la 5G actuellement déployée n’est pas encore celle qui tiendra la promesse de la hausse importante des débits telle qu’elle est perçue et attendue. Une très grande majorité de ces déploiements concerne Free Mobile (6273 sites) qui utilise quasi-exclusivement la bande des 700 Mhz.

Presque 10.000 sites allumés mais…
Si cette bande libérée par les acteurs de la TNT en 2019, appartient bien à la galaxie des fréquences 5G, elle offre avant-tout une couverture meilleure que les fréquences utilisées pour la 4G par exemple et pas la montée en débits attendues (qui sont peu ou prou les mêmes que la 4G), ni la faible latence promise par la 5G. Or c’est bien là que la 5G fait la différence.

Les bandes basses (comme les 700 Mhz, NDLR) « apportent une meilleure couverture surfacique et à l’intérieur des bâtiments, mais des débits non comparables à ceux fournis par les bandes hautes comme la 3,5 GHz », rappelle ainsi l’Arcep.

C’est bien la bande de fréquences des 3,5 Ghz, celle qui a donné lieu aux enchères de l’an passé qui ont rapporté presque 3 milliards d’euros à l’Etat, qui est considérée comme la « reine » des bandes de fréquences et qui permettra d’offrir une « vraie » 5G.

Confusion
Or, sur ce terrain, les déploiements sont encore anecdotiques avec 275 sites chez Bouygues Telecom, 410 chez Free Mobile, 711 chez Orange et 198 chez SFR (qui appartient à Altice, tout comme BFM Business, NDLR). Le total est donc de 1594 sites, soit un peu plus de 15% du total.

Le problème de ces chiffres, c’est la confusion générée chez le consommateur. Et certains acteurs pensent par exemple qu’on ne devrait pas associer 700 Mhz et 5G. A l’image de Stéphane Richard, patron d’Orange.

« Nous avons fait le choix des fréquences 3,5 Ghz pour la 5G. Le reste, ce n’est pas de la 5G, même si ça peut en porter le nom. C’est de la 4G améliorée », raille-t-il. Et d’asséner: « tant pis si cela permet à d’autre de revendiquer des taux de couverture trompeurs », déclarait-il en janvier dernier lors des voeux de l’opérateur.

sources: bfmtv

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Le renouvellement anticipé des smartphones bientôt limité en france?

Le teaser et l’affiche officiels du Realme GT 5G arrivent sur Weibo